Séparation vente/conseil: Limagrain admet «douter» de sa stratégie

À l’occasion d’une conférence de presse le 13 janvier, le nouveau président du semencier Limagrain Sébastien Vidal a admis «douter» de la stratégie du groupe concernant la séparation de la vente et du conseil en phytos, obligatoire depuis le 1erjanvier 2021. En décembre 2020, le groupe coopératif avait fait le choix de se séparer de son activité de commercialisation de produits phytosanitaires et d’engrais (entre 15 et 16 M€ de chiffre d'affaires). Elle a été cédée au négoce Proxiel, lui-même détenu à 65% par Sanders et à 35% par Limagrain. Seules deux coopératives, Limagrain et Euralis, ont pris cette décision. Les autres ont préféré conserver leur activité de vente. «C’est ce qui nous fait douter de notre choix, mais on attend de voir», a déclaré Sébastien Vidal. Au moment de prendre la décision, Limagrain avait estimé que choisir le conseil et accompagner les agriculteurs dans leurs techniques de production permettrait au groupe de développer ses filières «en boulangerie-pâtisserie par exemple avec Jacquet-Brossard», explique le président. Le groupe Limagrain, 4esemencier mondial, a réalisé un chiffre d’affaires de 1984 M€ entre juin 2020 et juin 2021. «Toutes nos activités ont été en progression, l’activité des coopératives a augmenté de 26%», commente le d.g. Sébastien Chauffaut.